BOUDHA MAITREYA

 

MAITREYA

Le Maître est l’un des membres aînés de la Hiérarchie des Maîtres de Sagesse,

dont le nom est bien connu des cercles ésotériques.

Pour diverse raisons, son identité n’est pas révélée

. Benjamin Creme se trouve en contact télépathique permanent avec ce Maître

qui lui dicte ses articles pour chaque numéro de la revue.

Loin de se cantonner aux sujets mystiques ou ésotériques, ce Maître de Sagesse traite

le plus souvent des problèmes concrets qui se présentent à l'humanité.

Sa connaissance étendue offre un point de vue unique.

Une compilation de 252 articles (de 1982 à 2006 inclus) est publiée dans le livreUn Maître parle.

http://www.partageinternational.org/

 Benjamin Creme 

 

 

 

 

 

, au style résolument contemporain. Il fréquente les milieux artistiques de l'époque et côtoie

aussi bien de grands peintres que des musiciens ou des écrivains. Ses oeuvres sont exposées dans nombre de grandes galeries britanniques.

Au long de sa jeunesse, Benjamin Creme s'intéresse également à la philosophie ésotérique et en particulier aux enseignements transmis par Helena Blavatsky et la Société théosophique au 19e siècle, ainsi qu'à ceux transmis plus récemment par Alice Bailey. 

Bien que ces enseignements l'aient conduit à croire à l'existence des « Maîtres de Sagesse » (un groupe d'hommes « parfaits » veillant à l'application du plan divin), ce fut pour lui une véritable surprise de se voir contacté par l'un de ces Maîtres, en 1959.

 

 

Il lui fut notamment annoncé que le Christ - le Maître de tous les Maîtres - reviendrait d'ici environ 20 ans, et que lui même (Benjamin Creme) aurait un rôle à jouer dans la préparation de cet événement, pour autant qu'il accepte de l'assumer. 

En 1972, sous la direction de son Maître, commence une période d'entraînement intensif destiné à le préparer à sa tâche à venir : annoncer l'émergence du Christ, l'Instructeur mondial, attendu sous des noms différents selon les religions. Le contact permanent établi entre lui-même et ce Maître de Sagesse lui donne accès aux informations touchant à l'émergence du Christ et lui procure l'entière conviction nécessaire pour les présenter à un monde sceptique. 

 


Un messager d'espoir pour l'humanité 

De 1975 à 1979, Benjamin Creme se voit invité à donner des conférences dans plusieurs pays d'Europe. Il entreprend sa première tournée aux Etats-Unis, en 1980, et à l'heure actuelle, ses tournées couvrent, outre nombre de pays d'Europe, le Japon, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Canada et le Mexique. Aux seuls Etats-Unis, il a participé, sous forme d'interviews, à plusieurs centaines d'émissions de radio et de télévision. 

Les livres de Benjamin Creme sur l'émergence du Christ sont traduits et publiés dans de nombreuses langues par des groupes de personnes qui ont pris à coeur son message. Benjamin Creme est également rédacteur en chef de Share International, revue mensuelle diffusée dans 70 pays, qui s'intéresse aux transformations politiques, économiques, sociales et spirituelles se produisant actuellement dans le monde. 

Benjamin Creme ne perçoit aucun revenu de ce travail et ne revendique aucun statut spirituel particulier. « J'ai pour tâche d'informer le public, afin de contribuer à la création d'un climat d'espoir et d'attente. Je n'ai pas d'autre ambition et serais déjà heureux de parvenir à ce résultat ! » 

Benjamin Creme vit à Londres avec son épouse. 

 

La promesse de Maitreya

par le Maître —, par l'entremise de Benjamin Creme, le 9 octobre 2011

Alors que beaucoup de gens continuent de croire que les systèmes bancaire et boursier actuels sont nécessaires et immuables, beaucoup d'autres sont amenés à penser qu'ils sont obsolètes et doivent être remplacés au plus tôt. Trop nombreux sont ceux qui subissent les effets d'une cupidité débridée, et éprouvent la nécessité d'une justice et d'une équité plus grandes pour survivre à ce qu'on appelle avec désinvolture

« le climat économique actuel ». Avant l'effondrement boursier de 2008, au moins dans les pays développés, l'abondance régnait. Les gens avaient du travail et un logement. Il naissait de nouveaux millionnaires chaque jour. Sous d'autres climats, bien sûr, quantité de gens vivaient dans l'indigence, quand ils ne mouraient pas de faim ; mais, au moins pour certains, l'argent ne manquait pas et la vie était douce.

Un tour de passe-passe

Où est passé tout cet argent ? Qu'est-il devenu ? Aujourd'hui il n'y a plus de travail, et l'argent a disparu — on l'a mis dans les banques et il a disparu. Les millionnaires se sont mués en milliardaires. Tout ça est plutôt déconcertant : la moitié du monde semble avoir été victime d'un tour de passe-passe, d'une imposture.

Reviendrons-nous aux habitudes du bon vieux temps ? Voulons-nous vraiment revenir à une époque où les riches doublaient leurs avoirs du jour au lendemain tandis que les pauvres ramassaient les miettes du festin ?

Le vent du changement

Partout frémit le vent du changement, et les peuples l'appellent à voix haute. Ils découvrent aussi leur capacité à agir, et beaucoup meurent pour la prouver. Ils sentent que les vieux schémas ont fait leur temps, et sont désormais inopérants. Ils sentent qu'il existe d'autres façons de vivre, et anticipent un avenir meilleur. En vérité, des modèles voués à disparaître entravent la progression de l'humanité.

La roue tourne, et la puissante Rome tombe à nouveau. Le feu de Maitreya stimule le cœur de ceux, innombrables, qui sont sensibles à son influence et brûlent du désir de pouvoir construire un monde où règneront justice et harmonie.

Maitreya nous promet que ce monde nouveau ne tardera pas à voir le jour.